Menu
Conseils d'écriture

Les logiciels pour l’écriture

Si techniquement un simple logiciel de traitement de texte suffit (en tout cas, j’ai fonctionné plusieurs années avec seulement ça), il peut être pas mal de s’entourer d’autres logiciels.

 

  1. Un bon correcteur d’orthographe (mais pas parfait pour autant).

Niveau correcteur d’orthographe, Word n’est pas terrible. Dès qu’une phrase est trop compliquée pour lui, ou encore que le sujet est trop éloigné de l’accord à faire, il est perdu. Étant donné que je suis une adepte des appositions, ce cas de figure se retrouve très souvent. Les mots non français sont également soulignés en rouge, peu pratique quand on écrit de la fantasy avec les noms « bizarres » et parfois sa vision de la concordance des temps est une catastrophe. Bref, il faut soit passer un temps infini à relire votre texte (ce que vous ferez de toute façon), soit prendre un logiciel plus potable pour dégrossir le texte.

Pour cela, j’ai choisi Antidote. Antidote est plus poussé, connait des règles de grammaire ou d’usage que vous ne connaissez même pas (saviez-vous que « mais » ne doit jamais commencer une phrase, mais se trouver après une virgule ?). Il analyse la phrase dans sa globalité et retrouve les accords, même s’ils sont éloignés. Il a certes quelques ratés, mais il reste une très bonne alternative au correcteur de Word. Antidote s’ajoute également à plusieurs logiciels selon votre accord, et pas seulement à Word.

Le + : parfait pour les auteurs et les étudiants en lettres pour l’écriture d’un mémoire ou d’un doctorat (indispensable même à ce niveau d’exigence).

Le – : il est payant (et cher).

un exemple de la catastrophe

un exemple de la catastrophe word

 

  1. Un logiciel d’écriture de scénario

Personnellement, j’utilise ywriter. Il s’agit de logiciel permettant de vraiment s’organiser dans son écriture. On organise son chapitre avec les scènes qui le composent, les personnages, les lieux, les objets, etc. On peut également directement écrire son texte (sans passer par un logiciel de traitement de texte). Certains auteurs apprécient pouvoir mettre en plein écran la page d’écriture afin de ne pas être déconcentré par le reste.

Le + : parfait pour ceux qui ont besoin de s’organiser très clairement.

Le – : même si j’aime beaucoup m’organiser, je n’ai jamais vraiment réussi à m’y mettre, notamment parce que j’ai commencé mon roman sans ce logiciel et que tout rapatrier dessus me semble être une perte de temps. En revanche, je le recommande pour tout ce qui est pièces de théâtre ou scénarii (dont Jeux de Rôle). Je me vois également bien l’utiliser pour écrire un policier par exemple, afin de voir clairement qui intervient quand pour apporter tel indice.

 

  1. Un logiciel de partage.

Quand on écrit, l’inspiration peut arriver à tout moment. Un ami me disait souvent qu’il y a plus de risque de trouver une idée en faisant la vaisselle qu’en restant devant son écran d’ordinateur, et c’est particulièrement vrai. Trois solutions s’offrent à vous :

  • vous souvenir de votre idée jusqu’à ce que vous soyez chez vous pour la noter quelque part,
  • toujours avoir un carnet sur soi (c’est ainsi que la partie « note » de mes agendas était remplie d’idées),
  • avoir un logiciel de partage, en particulier sur son smartphone.

Bien sûr, j’utilise les trois solutions, même si la dernière est plus pratique. J’ai téléchargé « evernote » sur mon téléphone et sur mon ordinateur. Ainsi, il suffit de me connecter sur mon compte pour apporter des idées, mais également consulter quelques « fiches » pour voir si ce n’est pas incompatible avec des idées précédentes (fiches peuples, fiches personnages, etc.).

Le + : possibilité de faire un classeur avec plusieurs intercalaires, comme OneNote en fait.

Le –  : il faut avoir internet, mais si ce n’est pas le cas, un petit SMS en brouillon suffit de noter les idées principales.

 

  1. Des logiciels secondaires, mais utiles.

Je vais vous présenter deux logiciels pas forcément indispensables, mais qui peuvent faire gagner du temps.

  • Autorealm : logiciel de cartographie. Vous pouvez dessiner la carte de votre monde, rajouter des objets à trouver, des particularités géographiques (montages, châteaux, etc.). J’aime beaucoup le choix d’objets à placer, qui touche des univers différents et permet donc de représenter un monde, un donjon, un vaisseau spatial ou encore une ville de western, etc. Parfait pour les auteurs, mais aussi pour les maitres de jeu de rôle !
    Le + : L’évaluation de la distance entre deux points en trajet à pied, à cheval, en bateau, etc.

Le – : un design simpliste, voire moche (mais bon on s’en fiche un peu).

  • New Name : un logiciel de création de noms de personnage. Assez simple d’utilisation. Il génère des noms selon les lettres que vous choisissez (voyelles ou consonnes). Il peut également créer des noms composés avec des tirets ou des apostrophes. Très bien pour les auteurs de fantasy ou science-fiction.

Le + : possibilité de choisir les voyelles ou les consonnes composant le nom.

Le – : noms très « barbares » sans lien avec des noms réels et aucune possibilité de choisir une « influence » (celtique, romains, grecs, etc.)

4 Comments

  • Gargamel
    septembre 15, 2015 at 6:54

    Je vais jeter un oeil à ywriter, ça a l’air très pratique! Pour ma part je recommande un logiciel de mindmaps comme xmind, qui permet d’organiser toutes ses idées visuellement.
    Pour la sauvegarde du travail avoir installé google drive est très pratique, si on a ses fichiers directement dans la répertoire local il synchronise automatiquement, sans qu’on aie à s’occuper de quoi que ce soit. Les plus paranoïaques feront des sauvegardes régulières dans Evernote/Onedrive en complément.

    Répondre
    • heilema
      septembre 16, 2015 at 2:49

      Effectivement j’ai oublié de parler des logiciels de carte heuristiques, très pratique pour schématiser les attentes ou les buts des personnages. Cela dit, je suis encore très adepte de la feuille de brouillon et du crayon de papier, surtout quand il y a des interactions entre les personnages, comme pour les complots par exemple.
      En règle générale, je suis très méfiante des clouds, encore plus de celui de google. Je n’utilise Evernote que pour les notes effectivement (lui aussi sauvegarde très régulièrement du moment qu’il soit ouvert) et non pas pour mon manuscrit en tant que tel.

      Répondre
  • envolee92
    février 17, 2018 at 9:29

    Salut ! Je commence à parcourir un peu ton univers, découvert sur le blog de Julien Hirt. Ton interview m’a fait penser qu’on avait pas mal de choses en commun du point de vue de notre approche de l’écriture.

    De mon côté j’utilise Google Drive, c’est ce que j’ai trouvé de plus pratique pour accéder à mon projet de partout, tout le temps. Merci beaucoup pour la découverte d’Autorealm, je ne connaissais pas et je pense que ça pourrait m’être d’une grande aide !

    Répondre
    • Amélie
      février 18, 2018 at 9:01

      Je suis encore assez méfiante des produits google et des cloud. J’ai un peu peur du piratage ou de l’utilisation des données personnelles. c’est pour ça que je ne mets rien de sensible sur evernote.

      Répondre

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :