Menu
Conseils d'écriture

Le nom des personnages (ou des lieux)

Le problème de base pour un auteur, choisir le nom qu’aura ce nouveau personnage, cette nouvelle ville ou contrée que nous sommes sur le point d’introduire. Pour ce dilemme, plusieurs points sont à prendre en compte :

  • L’importance de l’objet.

Qu’il s’agisse d’un personnage ponctuel destiné à donner un renseignement rapide, à apparaître juste le temps d’un chapitre ou bien d’un rôle important, l’effort à fournir n’est pas le même. Cela vaut également pour une ville ou un lieu. À vous d’évaluer donc l’importance accordée à l’objet afin de ne pas perdre du temps pour rien.

 

  • L’origine à donner.

Il ne faut pas chercher dans la liste des noms scandinaves un nom à consonance grecque. C’est peut-être basique dit comme ça, mais définir l’origine culturelle de l’objet permet d’orienter directement ses recherches dans le bon sens. Prendre deux minutes pour réfléchir à ça permet de gagner un précieux temps pour la suite. Vous pouvez également dégager les sonorités propres à une culture.

 

  • Voulez-vous ou non donner une signification.

En effet, vous devez décider si ce nom doit simplement avoir une consonance ou bien s’il doit signifier quelque chose. Là aussi, les bases de recherches ne sont pas les mêmes.

 

Une fois ces points définis, voici possibilités pour trouver un nom.

  1. Les listes de prénoms.

Dernièrement, sur internet, fleurissent des sites permettant aux futurs parents de choisir un nom pour leur futur enfant. Un grand nombre permettent plusieurs possibilités selon les syllabes, le nom composé ou pas ou encore l’origine. Les forums sur l’histoire ou une civilisation sont également des sources pratiques. Personnellement, j’utilise pas mal ces sites pour les personnages de moindre importance.

Ex : Yann, prénom breton et grand-père d’Aleya.

 

  1. Wikipédia

Vous pouvez également, une fois que vous savez quelle origine doit avoir le nom, faire un tour sur Wikipédia pour y piocher des noms de ville ou de personnage. Assez pratique.

Ex : Ajax, gardien d’Erwan (tome 2).

 

  1. Les dictionnaires/ traducteurs.

Très utiles lorsque votre nom doit avoir une signification. Pour ça, je tape bêtement « dictionnaire français –  [langue choisie]» sur mon moteur de recherche. C’est assez long et laborieux de trouver un nom qui sonne bien et qui signifie ce qu’on veut dire. Je me permets souvent de modifier légèrement les sonorités au nom de l’évolution du langage, car c’est justifié dans le cadre de mon roman. En général, j’aime que mes personnages principaux aient un nom qui signifie quelque chose.

Ex : Gwennkarra, la capitale, contraction de « gwen » blanc et « ker » le rocher.

Okéos Agatox, contraction du grec « agathe » bon, brave et « toxon » l’arc. Un patronyme idéal pour un archer.

Note : wiktionnaire est assez pratique pour donner le nom en plusieurs langues. Malheureusement, les langues anciennes sont sous-représentées (notamment avec le sanscrit).

 

  1. Les noms sortis de l’imaginaire ou d’un souvenir lointain.

Ceux-là nous viennent tout seuls. C’est le cas d’Aleya que j’ai imaginé, avant de me rendre compte très récemment qu’il a signification en arabe. À première vue (puisque je ne suis pas parvenue à le traduire clairement), il voudrait dire « miracle ». Bon ça me va. Le problème avec ces noms-là, c’est qu’ils ont parfois une signification ou bien que vous n’êtes pas le premier à y avoir pensé. C’est le cas de Kouareï qui s’appelait au départ Kesha, mais une chanteuse est passée par là 2 ans après ma trouvaille, j’ai dû changer (grrr).

Ex : Alar bras droit d’Erwan, Pameldan, ville de Falganie.

 

  1. Le nom qui ne vient pas.

Bon je dois vous avouer ma petite technique quand je ne suis pas inspirée et que j’ai déjà épuisé les solutions précédentes. Je fais ça pour les noms de passage. Je tape n’importe quoi sur mon clavier, enlève des lettres au hasard ou les déplace jusqu’à ce que cela fasse un nom.

Ex : ezuiofjckn  > ezufiojckn > ezufick > Zufick.

C’est un peu moche mais vous avez compris le principe.

Ex : Korana, une rivière.

 

  1. Les émulateurs de nom

Bon en général je n’aime pas trop le résultat, mais ça marche bien de temps en temps.

 

N’oubliez pas qu’un nom est essentiel et aide à définir le personnage. Le lecteur ne verra pas du même œil un Kevin qu’un Jacques-Edouard.

 

Lien:

http://www.lexilogos.com >  grande base de données sur plusieurs langues.

Commentaire

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :