Menu
Généralité

Zoom sur… les Gaëls

57496511

représentation du dieu Dagda, réplique du chaudron de Gundestrup, musée archéologique de Dijon

 

Dans la mythologie celtique, l’Irlande a été envahie par cinq vagues de population. La dernière, les humains, évincent les Tuana de Danan (la tribu de Dana) et prennent possession de la terre. Ce sont les Gaëls et leur lignée perdure encore, d’où le terme de « gaélique » pour désigner la culture et la langue qui s’est développée en Irlande, Ecosse et pays de Galles.

 

Origine :

Dans la « terre des héros », les Gaëls sont arrivés dans ce monde soit à l’issue d’une navigation, soit en étant passés dans l’Autre Monde (je reviendrais une autre fois sur les voyages dans l’Autre Monde dans les mythologies). Ils y ont retrouvé les ennemis de leurs dieux, les Fomores déjà installés après que les dieux (ou tribu de Dana) les aient chassés d’Irlande.

Au cours de l’histoire, plusieurs chevaliers errants de l’Occident médiéval s’y sont retrouvés, apportant un peu de leur culture chevaleresque.

 

Géopolitique :

Les Gaëls sont arrivés les seconds dans ce monde. Peuple de cultivateur t d’éleveur, ils se sont essentiellement installés en plaine, tandis que les Ilionides occupaient surtout les fronts maritimes. En revanche, ils sont farouchement opposés aux Fomores pour des raisons économiques, territoriales et religieuses.

Organisés en royaume, les Gaëls ont souvent recherché à présenter une certaine unicité dans leur peuple au point de se regrouper dans un royaume. Cependant, il existe encore des territoires plus ou moins indépendants.

 

Histoire :

Les débuts de l’histoire gaëlle sont tumultueux. De nombreux petits royaumes entrent régulièrement en conflit. Cependant, la nécessité de présenter un front uni et l’arrivée de nouveaux héros apportant des idées et des valeurs plus chevaleresques poussent les Gaëls à davantage s’organiser. Progressivement, un royaume voit le jour, avec Gwenkarra comme capitale.

 

Religion :

Le panthéon s’est progressivement simplifié avec le temps. Il comprend principalement :

Lug : dieu principal aux multiples fonctions (solaire, technique, artisanat…)

Taranis : Dieu du tonnerre et de l’orage

Arianrhod : déesse lunaire

Diancecht : dieu de la médecine

Dagda : dieu des contrats.

Epona : déesse des chevaux

 

Domaine de prédilection :

Les Gaëls sont réputés dans l’élevage et l’agriculture. Économiquement, ils sont principalement un peuple nourricier. Ils possèdent en effet de nombreuses terres riches. La nécessité de défendre leurs territoires et leurs habitants, principalement contre les Fomores, a permis aux Gaëls se bien se développer sur un plan militaire. La formation qu’ils proposent dans les arts chevaleresque est de qualité.

 

Base historique :

Mon roman s’inspire du Lebor Gabala Erenn (Livres des invasions de l’Irlande), une source unique pour appréhender la mythologie celte. Si je date l’arrivée dans ce monde des Gaëls au VIe avant notre ère, leur culture s’est beaucoup inspirée de la culture médiévale. C’est donc un mélange de culture gaélique proche de celle du Ve-VIIe siècle, mais avec des valeurs du XIIe. Saupoudrons le tout de magie et nous sommes en plein « médiéval fantastique ».

 

Blason :

La bannière gaëlle représente une épée en référence à la réputation de leurs ordres de chevalerie.

Commentaire

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :