Menu
Retour d'expérience

Salon du livre de Colmar

Le 26 et 27 novembre dernier, j’ai participé au Salon du livre de Colmar. Je vous propose mon bilan pour ce premier salon.

Préparation :

Inscription : Le salon étant établi en novembre, j’ai contacté Colmar fin juin pour demander comment participer. La ville qui est l’organisatrice m’a dit que je ne pouvais avoir de stand à moi sans passer par un éditeur, un libraire ou une association. N’ayant rien de tout cela, elle m’a orientée vers l’association « la plume colmarienne ». Je m’y suis prise à temps puisque les inscriptions se terminaient le 1er aout.

Fourniture :

Bon après l’inscription, il faut bien sûr s’occuper des livres à vendre. Ne sachant pas du tout à quoi m’attendre, j’ai demandé sur les groupes d’entraide entre auteurs combien d’exemplaires je devais avoir. Les conseils tablaient sur 50, j’ai choisi d’en avoir que 40, ce qui me semblait un bon début. (Finalement, c’était encore un peu trop).

Pour mon stand, j’avais également prévu des marques pages à distribuer gratuitement. Au recto, j’ai inscrit l’adresse de mon site et de ma page Facebook. On m’a également conseillé d’avoir quelques petits chocolats à proposer aux gens pour les attirer. Je suis assez mitigée sur leur utilité, mais ça m’a assez amusée de voir l’attitude des passants, entre celui qui pique « ni vu ni connu » et l’enfant qui les regarde avidement en attendant mon autorisation.

 

Jour J.

La veille, je suis venue sur le lieu de rendez-vous pour établir mon stand. J’étais partie sur le principe qu’il n’y avait pas de nappe, alors j’en avais pris une jaune mimosa pour faire ressortir les couleurs de mon livre (vert et or). Bonne idée ! La nappe fournie était noire, avec la couverture sombre de mon livre, ça n’aurait pas attiré l’œil. Ma voisine avait aussi prévu la sienne, avec une déco en accord avec ses livres sur le Grand Nord. Un plus certain !

Je n’ai pas osé laisser mes livres en évidence la première nuit, je n’ai donc pas tout déballer. Les librairies, éditeurs et auteurs plus expérimentés avaient une deuxième nappe pour recouvrir le tout pendant la nuit. À retenir !

Le lendemain, petit couac au parking, j’avais laissé le laissez-passer dans le coffre en pensant que c’était juste un plan. Eh bien non, il fallait le mettre sur le tableau de bord. À prévoir la prochaine fois, surtout que j’avais failli le laisser avec le carton de fourniture à l’intérieur du salon !

J’avais aussi prévu une petite caisse pour mettre l’argent des ventes. Je suis allée m’acheter une bouteille d’eau pour faire de la monnaie. Les serveurs ont été assez gentils de bien vouloir me rendre la monnaie sur mon billet de 20 qu’avec des pièces de 50cts et de 1 et 2 euros, ce trois fois en deux jours.

20161126_085257

J’ai vraiment été surprise de voir le monde qu’il y avait dès le matin. Le salon organisait des animations dès 9 h 30 pour les enfants, du coup tout a été très vite animé. L’ensemble était assez immense à mon gout (3 halles). Le dimanche a été très chargé et ce dès 9 h 30.

Le samedi, j’ai reçu plusieurs visites de la famille venue me dire bonjour et acheter mon livre, un grand merci à eux !

J’ai aussi eu la joie de découvrir des acheteurs inconnus, dont certains m’ont laissé un agréable souvenir : celle qui m’a dit « avec une couverture celtique, je ne peux que craquer », le nombre de jeunes qui me disent qu’ils lisent tous le temps, le futur collègue (désolée si je n’ai pas retenu ton nom)…

 

Les plus :

  • J’ai quand même pu discuter un peu autour de moi avec mes collègues de l’association et j’ai été contente de découvrir des parcours différents. La différence des styles littéraires proposés faisait qu’il n’y avait pas vraiment de concurrence entre nous (fantasy, autobiographie, philosophie, développement personnel, récit de voyage, romance, polar etc…).
  • L’association est vraiment sympa et son président Bernard Harth est très gentil. Il a même organisé des interviews.
  • Rencontrer ses lecteurs, j’adore ! On passe des résultats de ventes chiffrés derrière un écran à des vraies personnes qui nous disent ce qu’elles aiment ou pas, comment elles sont arrivées là etc…
  • Quand un ado qui a fait tout le salon revient vers moi en disant à sa mère « c’est celui-là que je voulais »

 

Les moins :

  • je regrette de ne pas avoir pu rencontrer plus de collègues. J’ai sans doute perdu une vente en m’absentant 20 min pour rencontrer Jack Koch. Tant pis. En général, il ne faut pas quitter son stand donc pas évident d’aller voir les autres. (Idée pour les organisateurs : un pot entre exposants hors horaire d’ouverture ?)
  • La position de notre stand : près de l’entrée (et donc des courants d’air, en novembre, brrr) et après les sociétés historiques. Cela a eu deux effets.
  • Ceux qui arrivaient par une autre entrée faisaient demi-tour avant en ne voyant pas le stand de littérature entre les livres d’histoire régionale et les buvettes,
  • Ceux qui entraient par là nous voyaient, mais voulaient tout voir avant d’acheter, achetaient plus loin et n’avaient plus envie d’autres livres en repartant.
  • J’ai été malheureusement surprise par le nombre de collègues ayant édité à compte d’auteur. Personnellement, je trouve que c’est une arnaque. La plupart des auteurs ont payé cher pour avoir leur livre entre les mains, ne rentrent pas dans leurs frais et se plaignent de la promotion quasi inexistante. Autant s’autoéditer ! (encore une fois, c’est mon point de vue).

20161126_164509-copie

Bilan: 

Je referais certainement un salon, en développant un peu plus le visuel de ma table. Je suis contente de constater que mes stratégies ont payé. Concernant les marques pages publicitaires, je n’étais pas du tout la seule à en proposer, mais ça me permettait de faire la pub pour ma page Facebook et mon site. Quant aux blogs littéraires, une jeune fille a reconnu mon livre qui avait été chroniqué !

 

Bonus, la liste des fournitures

  • Des exemplaires du livre (30 environ la prochaine fois).
  • Des marques-pages (optionnels certes, mais très utiles)
  • Une nappe (deux aurait été mieux)
  • Des stylos pour les dédicaces

(En option 🙂

  • Un petit panier avec des chocolats
  • Une affichette

(Sous la table 🙂

  • Une caisse avec de la monnaie
  • De quoi tenir toute la journée (eau, sandwich…)

Pas de commentaire

    Laisser un commentaire