Menu
Mythologie

Le mythe du dieu Mithra

À l’occasion de la réédition prochaine de La Terre des héros, tome 2, j’aimerais partager avec vous un élément mythologique qui prend toute son importance dans mon livre, celui de Mithra.

Les adeptes de la culture romaine ou de jeux vidéo de guerre antique sont peut-être familiers avec ce nom. Et pourtant, Mithra n’est pas celui que l’on croit. Issu du panthéon avestique, le dieu est repris par les Perses et évolue au fil de l’histoire. Aujourd’hui, je vous propose un retour sur cette divinité antique méconnue, mais pourtant importante, que j’ai repris dans La Terre des héros.

 

  1. Le mythe :

Selon la mythologie, Mithra aurait un jour poursuivi un taureau jusqu’à une grotte. Après un rude combat, il parvint à le maitriser. Le soleil lui ordonne de sacrifier l’animal, ce que fit Mithra. Un chien, un serpent et un scorpion, symbole des forces maléfiques, intervinrent pour l’en empêcher. Cependant, Mithra obéit et trancha la gorge du bovin. Le sang tomba alors sur le sol et la végétation se mit à pousser.

Cette taurochtonie (sacrifice de taureau) symbolise donc à la fois la fertilité et la lutte contre le mal.

 

Sacrifice du taureau par Mithra, Musée du Louvre

  1. Qui est Mithra ?

Mitra est un dieu issu du panthéon indo-iranien. Mentionné pour la première fois en 1380 avant notre ère dans un contrat entre le roi hittite Subblilama et le roi de Mitani Mativaza, il est invoqué alors comme le garant de l’accord. Son association avec le dieu Varuna montre les deux aspects complémentaires de la souveraineté selon G. Dumézil. Tandis que Varuna est violent et terrible, alors de Mitra est conciliant, négociateur.

Lorsque le célèbre prophète Zarathoustra initie la réforme zoroastrienne, il élimine les dieux au profit d’un seul. Ahura Mazda devient un dieu unique, entouré de sorte d’anges, les Amesha Spenta. Relégué au second plan, Mitra, qui prend un H désormais, conserve pourtant une place importante. Dans le Yasht X, un hymne, Mithra est décrit comme le pourvoyeur de la nature et même le fécondateur. Son sacrifice au soleil a donné la vie.

Aimé par les Achéménides (559-330 av. J.-C.), Mithra devient presque aussi important qu’Ahura Mazda. Garant de la vérité, de la loyauté et de la justice, il même associé à au soleil (Yasht VI) et Anahita (déesse de la Lune), devient sa compagne.

 

  1. Un dieu romain :

Importé dans l’armée par d’anciens officiers de l’armée de Mithridate (63 av. J.C), le culte du dieu se développe dans l’armée romaine, dans un milieu où l’engagement mutuel a une grande importance.

Stace le mentionne officiellement en 80. La mobilité des soldats sur le territoire romain rend sa diffusion plus importante. Sa popularité connait une accélération et culmine sous Dioclétien (284-313).

Le mithriacisme, le culte de Mithra, est un culte à mystère. C’est-à-dire qu’il s’adresse à ceux qui ont été initiés au moyen d’une cérémonie qui symbolise la mort et le retour à la vie. L’initié, après un voyage dans le noir et des épreuves physiques (une posture inconfortable et la nudité essentiellement), reçoit un rite d’acceptation (immersion dans l’eau, simulacre de chute), et revient à la lumière qui est autant celle de la vie que de la connaissance. Il a existé quelques cultes à mystère dans l’Antiquité. Ces rites sont réutilisés encore aujourd’hui dans certaines sociétés secrètes.

Le mithriacisme se pratiquait dans des lieux précis (mithraeum/mithraea), sortes de caveaux en partie enterrés dont on retrouve encore des traces aujourd’hui. Le banquet et le partage du pain avaient leur importance. Le culte décline au cours du IIIe siècle, en partie en raison de son exclusion supposée des femmes (contrairement au christianisme).

Reconstitution d’un mithraeum avec les différents niveaux d’initiation ( Museumpark Orientalis)

  1. Dans la Terre des héros :

Dans Trahison, nous découvrons les Erans, peuple inspiré des Perses. J’ai joué sur cette dualité entre nouvelle religion (mazdéisme) et ancienne. Si Gandahar est favorable au polythéisme, ce n’est pas le cas de son frère Achem VI. De plus, la cité de Gandahar se situe dans une grotte magique, située au milieu du désert, dans laquelle coule une source. Véritable oasis cachée sous un immense rocher, Adriiva vénère le dieu Mitra.

 

Si vous êtes curieux de cette découverte, je vous propose un voyage sur la Terre des héros ici ou ici.

 

Pas de commentaire

    Laisser un commentaire