Autour de La Terre des Héros

Présentation des Gaëls

(article initial de 2016, remis à jour en 2024)

Ma trilogie de fantasy La Terre des héros met en scène des peuples fictifs descendants des héros antiques. Parmi eux, le plus important est celui des Gaëls, inspirés des Celtes. Je vous propose un retour sur mon inspiration:

Le fond mythologique:

Les Gaëls sont tout droit issus de la culture celtique. Pour les créer, je me suis inspirée de la mythologie irlandaise, notamment du Lebor Gabala Erenn. Dans ce livre, les Gaëls sont l’un des peuples venus immigrer en Irlande. Ils se sont installés après les dieux, les Tuatha de Danann (La tribu de Dana). Ils sont perçus comme les hommes à l’origine des Celtes (de culture irlandaise, car il y celte et celte). « gaël » est d’ailleurs devenu l’adjectif de toute une culture qui s’étend de l’Irlande, l’Ecosse et l’ile de Man. Ces régions pratiquent d’ailleurs la langue « gaélique », en opposition avec le brittonique (breton, gallois et cornique).

Dans mon roman:

Chacun des peuples de mon roman est arrivé dans l’Autre Monde après un événement que j’ai déterminé. Pour les Gaëls, l’arrivée est plus diffuse car j’ai choisi de réutiliser un motif récurrent dans les récits de culture celtique et médiévaux irlandais: la navigatio. Ce motif raconte l’épopée d’un voyageur qui découvre un ou plusieurs mondes après périple sur la mer. Le plus connu reste saint Brendan, mais le motif rappelle celui d’Ulysse.

Si je date l’arrivée dans ce monde des Gaëls au VIe avant notre ère, leur culture s’est beaucoup inspirée de la culture médiévale. C’est donc un mélange de culture gaélique proche de celle du Ve-VIIe siècle, mais avec des valeurs du XIIe. Saupoudrons le tout de magie et nous sommes en plein « médiéval fantastique ».

Origine :

Dans La Terre des héros, les Gaëls sont arrivés dans ce monde soit à l’issue d’une navigation, soit en étant passés dans l’Autre Monde. Ils y ont retrouvé les ennemis de leurs dieux, les Fomores , présents dans ce monde depuis qu’ils y ont été envoyés par les Tuatha. Les Fomors voient donc d’un mauvais œil l’arrivée de ce hommes qui vénérèrent leurs ennemis.

Au cours de l’histoire, plusieurs chevaliers errants de l’Occident médiéval s’y sont retrouvés, apportant un peu de leur culture chevaleresque.

Géopolitique :

Les Gaëls sont arrivés les seconds dans ce monde. Peuple de cultivateur et d’éleveur, ils se sont essentiellement installés en plaine, tandis que les Ilionides occupaient surtout les fronts maritimes. En revanche, ils sont farouchement opposés aux Fomores pour des raisons économiques, territoriales et religieuses.

Organisés en royaume, les Gaëls ont souvent recherché à présenter une certaine unicité dans leur peuple au point de se regrouper dans un royaume. Les débuts de l’histoire gaëlle sont tumultueux. De nombreux petits royaumes entrent régulièrement en conflit. Cependant, la nécessité de présenter un front uni et l’arrivée de nouveaux héros apportant des idées et des valeurs plus chevaleresques poussent les Gaëls à davantage s’organiser. Progressivement, un royaume voit le jour, avec Gwenkarra comme capitale. Cependant, il existe encore des territoires plus ou moins indépendants. La trilogie raconte cette évolution à travers l’histoire d’Erwan.

Religion :

Inspiré du panthéon celtique irlandais, je l’ai néanmoins simplifié en ne gardant que:

Lug : dieu principal aux multiples fonctions (solaire, technique, artisanat…)

Taranis : Dieu du tonnerre et de l’orage

Arianrhod : déesse lunaire

Diancecht : dieu de la médecine

Dagda : dieu des contrats.

Epona : déesse des chevaux

 

Domaine de prédilection :

Les Gaëls sont réputés dans l’élevage et l’agriculture. Économiquement, ils sont principalement un peuple nourricier. Ils possèdent en effet de nombreuses terres riches. La nécessité de défendre leurs territoires et leurs habitants, principalement contre les Fomores, a permis aux Gaëls se bien se développer sur un plan militaire. La formation qu’ils proposent dans les arts chevaleresque est de qualité.

Blason :

La bannière gaëlle représente une épée en référence à la réputation de leurs ordres de chevalerie.

 

 

Pour aller plus loin:

La Terre des héros

L’autre monde dans la mythologie celtique

Les mondes après la mort dans les mythologies

Les monstres du folklore celtique

l’histoire mythique de l’Irlande

Pas de commentaire

    Laisser un commentaire